Scolarité : 11 astuces pour les jeunes, 6 pour leurs parents

par

Comme rappelé dans l’article “La scolarité : un long fleuve tranquille ?“, disponible sur Planète Zèbres, la scolarité est une période essentielle dans la vie de tout individu.

Nombreux sont celles et ceux qui peuvent se targuer de pouvoir raconter des anecdotes personnelles à ce sujet (telles que celles reprises dans la vidéo d’introduction à cette thématique, disponible ici). Il s’agit alors d’évoquer de bons… mais parfois aussi, de moins bons souvenirs.

Une jeune fille au travail

En tant que jeune HP, quelques trucs et autres astuces peuvent souvent être appliqués, dont dans l’objectif de non seulement adoucir les impacts consécutifs à certaines expériences nauséabondes vécues en milieu scolaire, mais aussi – et peut-être même surtout ! – de profiter de cette tranche de vie pour construire sa personnalité, à différents niveaux essentiels.

Et puisque l’environnement direct est une source principale de stabilité à tout(e) collégien(ne), certains autres trucs et astuces peuvent aussi être potentiellement suivis par leurs parents !

Pour les plus jeunes…

Trouver sa place dans un système scolaire est parfois compliqué. Se “fondre dans la masse” relève souvent du parcours du combattant.

Il existe toutefois quelques petites pistes et autres voies de solutions qui, appliquées au quotidien pour certaines d’entre elles, permettent de vivre sa scolarité de façon plus posée, voire même constructive :

1. Nourrir votre cerveau, dont par le plaisir d’apprendre

En perpétuelle recherche de complexité, votre cerveau adore apprendre. Son besoin d’être nourri est intense.

Au-delà de saisir tout ce qui vous entoure, soyez proactif : partez à la recherche d’informations sur des sujets qui vous passionnent, ou que vous n’avez fait qu’effleurer en cours et qui méritent selon vous d’être approfondis !

2. Apprivoiser votre intelligence

Votre intelligence est une force, un véritable trésor !

Ignorez celles et ceux, et même simplement ce qui aurait pu vous faire croire à toute forme d’incapacité découlant de vos différences.

Appuyez-vous sur les innombrables possibilités qui vous sont offertes pour orienter vos propres choix de vie, privés ou professionnels, et profitez du plaisir à être intelligent.

Recherche en bibliothèque

3. Renforcer votre confiance en vous

Elément essentiel de la personnalité, la confiance en soi aide à s’intégrer au sein du système scolaire et de ses règles – même si ces dernières ne sont pas toujours adaptées.

4. Utiliser vos forces, travailler vos faiblesses

Identifier ses forces et les exploiter au quotidien est un gage de fluidité. Au sein du système scolaire classique, celle-ci aidera à stabiliser les relations avec les professeurs, qui trouveront peut-être en votre personnalité un pilier pour les aider dans leur mission pédagogique.

Maîtriser secrètement mais efficacement vos faiblesses vous permettra de mieux vous intégrer dans ce groupe scolaire apparemment hostile, et vous offrira une certaine clairvoyance sur d’autres opportunités, dont d’apprentissages annexes, complémentaires et mieux adaptés.

5. Cultiver votre curiosité et votre envie de réussir

Votre curiosité est insatiable, même si parfois inconsciente. Le champ des possibles qui s’ouvre à vous est immense, et vous offre d’ailleurs de vastes possibilités.

Cultiver ces opportunités mène indubitablement à la réussite, à votre réussite ! Votre secrète envie de l’atteindre est alors comblée…

Saut

6. Exploiter le système scolaire, même s’il est inadapté

Le système scolaire dans lequel vous évoluez n’est pas adapté à votre forme d’intelligence ? Peut-être mais… et alors ??

Utilisez donc l’école plutôt que de la subir ! Voyez-là comme un outil parmi d’autres pour forger votre propre réussite !

Ajustez aussi votre mode de fonctionnement, votre personnalité, votre sensibilité, pour transformer cette expérience apparemment complexe en un tremplin pour votre avenir !

7. Combler votre ennui en participant

Dans l’éventualité de cours qui vous apparaissent comme étant incomplets, voire inconsistants, laissez-vous guider par vos connaissances, même passives, ainsi que par votre intuition, pour participer davantage aux débats. Votre expérience à court terme n’en sera que plus vivante et constructive, et d’ailleurs appréciée par le corps professoral qui, sans nul doute, vous le rendra avec plaisir, dans un esprit d’efficace réciprocité.

8. Court – moyen – long terme

Une matière, un cours ennuyant ? Tentez de reconsidérer cet apprentissage à court terme dans un ensemble plus vaste, en le replaçant dans un contexte à moyen ou long terme, au sein duquel il prendra alors tout son sens.

Le temps passe

9. Tolérance

Le système scolaire est construit de façon séquentielle, afin de répondre aux besoins du plus grand nombre, mais aussi, dans l’objectif de canaliser un ensemble, tout en évitant tout éparpillement inutile et potentiellement incontrôlable.

Même si cela ne vous convient pas forcément – du moins pour l’instant –, tentez de garder à l’esprit que la différence est de votre côté.

Vouloir, voire imposer que les autres changent serait particulièrement ambitieux ; vous risquez en effet d’être confronté(e) à de l’opposition, de l’agacement, et même du rejet. En revanche, faire preuve de tolérance à l’égard de ce qui vous entoure vous apportera non-seulement une certaine quiétude intérieure, mais vous offrira de surcroît de meilleures relations avec les autres.

10. Retour sur image

Une matière intéressante, mais une approche qui ne vous a pas convenue ? Un professeur antipathique, blasé ou même injuste ?

Peu importe : sentez-vous donc libre de revenir sur le sujet par la suite, en pleine autonomie, ou par le biais d’autres supports ! Vous n’en serez que d’autant plus satisfait(e), et rassasié(e)…

11. Se former

Peu importe le système ou les moyens utilisés, conservez à l’esprit qu’il est, et restera essentiel de vous former, tout au long de votre vie…

… et pour les moins jeunes (c’est-à-dire, les parents)

Etre le parent d’un enfant HP n’est pas toujours chose facile. Il convient de trouver le juste équilibre entre sécurité, éducation et apprentissage.

Quelques voies essentielles et générales peuvent toutefois être suivies :

1. La famille, ce berceau de la stabilité

Votre enfant a besoin d’avoir confiance en lui et de s’estimer, et encore davantage s’il est HP.

La construction de cet aspect de sa personnalité passe par la stabilité d’une famille au sein de laquelle sont quotidiennement nourries, entre autres, les notions de compréhension, d’accompagnement, et surtout, de relations affectives puissantes et entourantes.

Famille heureuse

2. Ecoute et acceptation

L’éducation passe certes par des directives.

Mais pour les suivre, l’enfant HP a besoin de comprendre. A défaut il sera contraint de s’adapter, ce qui pourra parfois être considéré – à tort – comme étant de la désobéissance, voire de la provocation ou de l’insolence.

Accepter son approche, ses propres méthodes est essentiel ; observer, constater et souligner le résultat escompté finalement obtenu est salutaire.

3. Guider vs. diriger

Pour secrètement se rassurer, le parent tend souvent à surprotéger son enfant.

Or, l’enfant HP a besoin d’être guidé, et non dirigé.

Rapidement, et même si à contrecœur, le parent d’un enfant HP devra lui accorder une certaine dose d’autonomie, tout en l’aidant à vérifier, avec lui, si les résultats obtenus sont finalement en adéquation avec les objectifs qu’il s’était fixés.

4. Soif d’apprendre

Votre enfant exprime sa véritable soif d’apprendre, dont via la lecture ou en dehors de l’école ? Accordez-lui donc cette liberté, en lui soumettant même d’autres possibilités, et sans crainte qu’il soit finalement considéré comme un “singe savant” !

Vous lui offrirez ainsi de formidables et salutaires opportunités de nourrir son cerveau, et de construire sa propre stabilité, à différents niveaux essentiels au développement de sa personnalité.

5. Ecole attentive et adaptée

Dans la mesure du possible, tentez de faire intégrer votre enfant HP, non pas forcément dans une école complètement spécialisée, mais à tout le moins dans un établissement au sein duquel tant la direction que le corps professoral sont sensibles, voire attentifs à ce mode de fonctionnement différent.

6. Communication, maître mot !

La relation professeur-élève/étudiant est vouée à exister sur le moyen terme, et parfois même, au-delà d’une seule et unique année.

Dans l’objectif d’optimiser les échanges quasi quotidiens, transparence et sincérités dont donc nécessaires.

Ainsi est-il sans doute opportun d’informer les professeurs du mode de fonctionnement particulier de votre enfant, non pas forcément pour qu’il soit traité différemment des autres, mais au contraire, afin qu’il s’intègre plus facilement dans le système existant.

Retour vers la page ‘Scolarité’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant un commentaire, vous acceptez notre Politique de Confidentialité, disponible ici.

Vous souhaitez nous contacter ?

Confidentialité

14 + 14 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...