L’émotion, cette douce amie…

par

Voir aussi la vidéo d’introduction à cette thématique, en cliquant

Qu’est-ce que l’émotion ?

L’être humain, tout comme tout animal (et même végétal), est un être, une “construction” plutôt complexe. Dame Nature s’est donnée beaucoup de mal pour tenter d’y concevoir et rassembler tout un ensemble de systèmes physiques ou psychiques, destinés à cohabiter en vue d’un fonctionnement global en définitive – il faut bien l’admettre – particulièrement efficace !

Complexité du corps humain

Notre cerveau, dont la complexité nous est encore en partie inconnue, opère d’innombrables opérations simultanées, tout en offrant conjointement la possibilité à bon nombre d’entre elles de rester latentes. Parmi celles-ci, l’émotion.

Expérience psychophysiologique relativement complexe de l’état d’esprit d’un individu, l’émotion peut se définir comme étant une “réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement”.

Perception

Sans que le commun des mortels le réalise, l’émotion est donc un vecteur de communication extrêmement puissant. Pourtant, de nombreuses études en neuroscience ont déjà largement démontré que nous sous-estimons grandement nos capacités à percevoir les signaux émotionnel d’autrui, tout comme ceux que nous produisons nous-mêmes.

Emotion : deux catégories

Chaque émotion peut être classifiée selon deux catégories distinctes, qui s’opposent d’ailleurs : les émotions positives et les émotions négatives.

Barbara-Fredrickson

La théorie de l’élargissement constructif des émotions positives, proposée dès 1998 par Barbara Fredrickson (professeur au sein du département de psychologie de l’Université de Caroline du Nord, aux États-Unis), démontre que les émotions positives ont un impact motivationnel très important sur les individus.

En effet, elles les engagent systématiquement à interagir avec leur environnement pour l’explorer, tout comme le maîtriser, ou encore, à s’y intégrer. L’on parle ici de “tendances spécifiques à l’action”, qui s’avèrent généralement porteuses dans le cadre du développement positif des personnes.

Il est par ailleurs intéressant de constater que, d’un point de vue strictement biologique, les émotions jouent un rôle extrêmement important dans l’anticipation d’une potentielle réaction d’un individu, en préparant différentes parties de son corps en ce sens. Il s’agira, par exemple, de déjà initier certains muscles à la course dans le cas d’une émotion liée à la peur, en focalisant son attention sur certains types d’indispensables stimuli.

Ces émotions, dites “positives”, seront en mesure d’engendrer de nombreux effets – certes parfois subtils –, tels qu’une meilleure attention, une propension à s’ouvrir à de nouvelles expériences, de meilleures capacités de synthèse et de négociation, un renforcement de la confiance en soi, davantage de générosité, etc…

A l’inverse, les émotions considérées comme “négatives” ouvriront la porte à des sentiments opposés, tels qu’une diminution de l’estime de soi, une perte de sens, voire même à une forte déstabilisation en général.

Malheureusement, ces phénomènes – dont les effets s’accumulent parfois – mènent souvent l’individu concerné à devoir subir, en définitive, une véritable détresse émotionnelle.

Détresse émotionnelle

Classification des émotions

Selon le psychologue américain Paul Ekman, il existe six émotions fondamentales : la joie, la tristesse, la peur, la colère, la surprise et le dégoût.

D’autres chercheurs en psychologie, tels qu’Alan S. Cowen et Dacher Keltner, ont complété cette théorie classique en la déclinant en vingt-sept autres catégories d’émotion, telles que par exemple l’admiration, la confusion, la nostalgie, le malaise ou encore le désir sexuel.

Caractéristiques principales

Chaque émotion dispose de caractéristiques spécifiques, qui peuvent globalement se résumer comme suit :

Intensité

L’émotion s’apparente à un ressenti puissant, à quelque chose de fort ; à défaut, il s’agira alors d’une simple sensation ou d’un sentiment.

Sporadicité

L’émotion ne se produit ni se ressent en permanence, mais au contraire, de façon occasionnelle et imprévue.

Soudaineté

L’émotion est quasi systématiquement caractérisée par l’irruption d’un évènement.

Brièveté

La sensation est brève, même si les conséquences sont souvent longues.

L’hypersensibilité

Assez simplement, l’hypersensibilité peut être considérée comme étant une sensibilité plus haute que la moyenne.

Selon la psychologue américaine Elaine Aron, spécialiste du sujet, l’hypersensibilité touche une personne sur cinq.

Malgré cette statistique révélant la présence d’un nombre important d’hypersensibles dans la société, l’hypersensibilité reste un phénomène souvent mal jugé. Pire encore : elle est parfois mal comprise par les hypersensibles eux-mêmes !

Pourtant, ce trait de caractère particulier offre des avantages indéniables dans la vie courante. Il s’agit en effet pour celles et ceux qui en bénéficient de disposer de ce que l’on nomme souvent un sixième sens très développé, lequel permet de “capter” nettement plus d’éléments présents dans son environnement. Cette caractéristique mène d’ailleurs directement à la notion d’ “intuition”, offrant l’opportunité de saisir et de sentir certaines choses, sans raison ni explication particulières.

Intuition 2

Par ailleurs, les personnes dites “hypersensibles” peuvent généralement bénéficier des qualités et avantages suivants :

  • ensemble des sens très développés (sans pour autant basculer dans l’hyperesthésie)
  • naturellement et instinctivement très osbervatrices
  • franchise et justesse
  • sensibilité aux détails
  • empathie très développée
  • consciencieuses

Le soulagement potentiel par le partage

Le chercheur et psychologue belge Bernard Rimé, spécialiste internationalement reconnu de l’émotion, a démontré que le fait de parler d’une émotion amène quasi systématiquement à une sorte de récupération émotionnelle. L’on rejoint ici la notion de “débriefing psychologique”, technique très répandue depuis les années 1990, visant principalement à prévenir le stress post-traumatique potentiellement subi par les victimes de catastrophes.

Ce phénomène de partage social est d’ailleurs constaté dans 80 à 100% des cas, quels que soient d’ailleurs l’intensité de l’émotion vécue, l’éducation, le sexe ou la culture des personnes.

A noter également que, selon Bernard Rimé, plus l’émotion est intense, plus elle semble être vouée à être naturellement partagée par la personne qui l’a vécue.

S’il ne réduit pas l’émotion, voire même la réactive, cet habituel et fréquent partage apporte toutefois de nombreux avantages ressentis, tels que l’intégration sociale (sentiment d’être compris et souvent soutenu), le renforcement de la confiance en soi et de l’estime de soi, une certaine satisfaction personnelle, etc …

Hypersensibilité et Haut Potentiel

Chez le HP, l’hypersensibilité peut se manifester de deux façons différentes (et qui s’opposent d’ailleurs) : le débordement ou le repli.

Dans le premier cas, le HP se sentira souvent et rapidement débordé par ses émotions et par sa sensibilité. Son entourage, la vie quotidienne, son environnement l’affectent alors considérablement.

A l’opposé de cette possibilité, le HP peut aussi se réfugier vers une attitude de repli sur soi-même. Au-delà des apparences, il s’agit alors d’adopter une véritable stratégie de défense où, en se réfugiant en son for intérieur, il vise une perpétuelle rationalisation de ses ressentis.

Repli sur soi

En conséquence, il peut apparaître aux yeux des autres comme étant froid et distant, alors qu’il parvient à rester calme et sans émotions face à toute situation, même intense.

Cette image ainsi diffusée vers l’extérieur ne facilite d’ailleurs pas ses échanges avec les autres, surtout dans le cadre de relations intimes.

Yo-yo’s émotionnels : piège pour les HP’s !

Indéniablement, le HP dispose d’un prisme émotionnel particulier. Et ce dernier peut parfois dramatiquement le piéger…

L’une des manifestations les plus frappantes, souvent observable chez les HP’s, consiste en ce que les spécialistes nomment les “yo-yo’s émotionnels”.

En un très bref instant, un seul mot, un seul regard, une simple observation, voire même une odeur complètement anodine, est susceptible de plonger le HP dans de profondes abimes. Puis, en un temps également record, un autre évènement sans réelle importance le propulsera au septième ciel, sans pour autant que ces mouvements d’humeur ne soient anticipés, maîtrisés ou même compris !

Montagnes russes

Élément pour le moins paradoxal : aucun des autres individus également en présence de ces mêmes stimuli extérieurs n’aura l’opportunité d’expérimenter ne fut-ce qu’un centième des sensations ressenties par le HP ! En revanche, les réactions de ce dernier, profondément affecté, créera forcément un certain malaise dans le groupe, dont les différents membres ne parviennent pas à comprendre la situation. Pire encore : ils utilisent logiquement leur propre schéma de pensée pour formater à leur guise les propres intentions du HP.

Ce phénomène induit quasi systématiquement une transformation de la situation au désavantage forcé du HP qui, en conquéquence, se retrouve complètement désabusé. Et finalement enfermé dans un cercle vicieux.

D’où proviennent ces déferlantes d’émotions chez le HP, qu’elles soient positives ou négatives ? Elles s’expliquent simplement par la multitude de zones du cerveau stimulées simultanément, et qui s’entrechoquent. Ce phénomène, observable grâce à l’imagerie cérébrale, est d’ailleurs souvent décuplé lors de la stimulation conjointe de différents sens, par laquelle le HP se perd dans ses débordements émotionnels.

Quid de l’Intelligence Emotionnelle ?

L’Intelligence Émotionnelle peut être considérée comme étant une “capacité à percevoir les émotions, personnelles ou d’autrui, à les traiter et à les réguler en vue d’atteindre un objectif précis et prédéfini”. Il s’agit alors clairement de maîtriser les émotions en général, afin d’en établir une analyse pleinement rationnelle.

Cette notion peut surprendre. En effet, il s’agit alors de considérer simultanément deux concepts qui, théoriquement, s’opposent :

celui d’intelligence, d’une part, qui s’apparente davantage au raisonnement presque cartésien,
Opposition
et celui d’émotion en elle-même qui, tel que le précise sa propre définition, relève plutôt de réactions plus primaires.

Il est d’ailleurs reconnu que la capacité de raisonnement est souvent affaiblie lors d’un accès émotionnel.

Toutefois, l’Intelligence Émotionnelle est désormais largement reconnue comme étant une “soft skill” particulièrement recherchée au niveau professionnel, alors que l’individu qui en est pourvu sera souvent apprécié par ses pairs pour ses talents de négociateur, tout comme de leadership.

Gérer ses émotions : mythe ou réalité ?

Maîtriser ses émotions apparaît donc comme étant essentiel, que ce soit pour gérer efficacement sa vie personnelle ou professionnelle.

L’objectif est toutefois de viser l’équilibre, et certainement pas l’extinction de ses émotions, qui contribuent quotidiennement à l’enrichissement de la vie en général. Il s’agit en effet d’utiliser ses émotions pour comprendre ce que l’on ressent, d’accepter ses sensations et ses sentiments, et surtout, d’entreprendre finalement les actions correctrices nécessaires à une meilleure stabilité.

A noter toutefois que chaque personne joue elle-même, et pour elle-même, un rôle de filtre par rapport à ses propres émotions (tout comme pour celles d’autrui). Il importe alors de les écouter, mais aussi de les temporiser pour mieux se connaître, tout en gardant à l’esprit qu’il est parfois complexe de se baser sur un raisonnement émotionnel pour atteindre des conclusions totalement fiables.

Equilibre des émotions

Au quotidien, certains trucs et astuces peuvent toutefois être assez facilement utilisés afin de profiter pleinement de cette belle qualité qui est d’être simplement… sensible !

Retour vers la page ‘Emotion et hypersensibilité’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant un commentaire, vous acceptez notre Politique de Confidentialité, disponible ici.

Vous souhaitez nous contacter ?

Confidentialité

4 + 5 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...