Emotion et hypersensibilité : retranscription de la vidéo d’introduction

par

Pour visionner la vidéo sur YouTube, via un nouvel onglet, cliquez ici

Bonjour à toutes, bonjour à tous! C’est Manu Liard.

Je suis ravi, une fois de plus, de vous retrouver, pour une vidéo d’introduction à un sujet qui me tient particulièrement à cœur… Et je pense ne pas être le seul. Il s’agit de : l’émotion.

Et pour en parler avec vous, je me suis dit qu’un lieu particulièrement propice, ça pouvait potentiellement être ici, à Paris. Pourquoi précisément ici, me direz-vous? Eh bien, tout simplement… pour ça…

Tout le monde connaît ces images, qui datent d’avril 2019… l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, souvenez-vous… Et souvenez-vous aussi de la vague d’émotion, justement, qui a envahi Paris, la France, le monde entier, ou presque, et toutes les personnes de confession catholique… mais pas seulement…

L’émotion… Le sujet est bien trop vaste pour qu’on puisse le traiter en l’espace de quelques instants, bien-sûr. Comme d’habitude, par le biais d’une vidéo de quelques minutes, je ne fais ici qu’ouvrir le débat, en nourrissant l’objectif… une fois de plus… de mettre en avant les aspects positifs de cette grande qualité, qui est d’être capable de saisir, de comprendre et de maîtriser ses émotions, que ce soit à titre personnel ou professionnel d’ailleurs.

L’idée est aussi de se faire rejoindre quelques notions assez cousines, de les relier entre elles, pour mieux les comprendre, et les utiliser, à bon escient. Il y a donc vraiment beaucoup de choses à dire à ce sujet.

A titre personnel, dans ce domaine de réflexion, il y a principalement trois secteurs qui m’interpellent : premièrement, les fameux yo-yos émotionnels, dont Jeanne Siaud-Facchin parle très bien dans ses livres, ensuite l’empathie, qui, à mon sens, est une grande qualité, et enfin, l’intelligence émotionnelle, qui, lorsqu’elle est couplée à l’intelligence de situation, ce qui n’arrive pas très souvent, il faut bien l’admettre, peut constituer un cocktail assez puissant.

Toutes ces notions peuvent d’ailleurs avoir des implications intéressantes par rapport à la résilience dont on peut faire preuve. Mais ce n’est pas le sujet ici. Toutes ces autres thématiques… la résilience, l’empathie, l’intelligence tant émotionnelle que de situation, sont traitées séparément sur Planète Zèbres…

Comme j’en ai parfois l’habitude, partons, si vous le voulez bien, de la définition du mot “émotion”. Du moins, de l’une d’entre elles… car il y en a plusieurs. L’émotion peut ainsi être définie comme étant une “réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement”.

Les émotions représenteraient donc une certaine forme d’intelligence, que l’on pourrait qualifier de préverbale, mais aussi de préconsciente, face à certains stimuli extérieurs. Comme vous le savez, le multipotentialiste dispose d’un nombre assez incroyable de vecteurs, de capteurs, très sensibles, qui rendent son affect particulièrement puissant. Cet affect se compose de tout un ensemble de qualités, dont, par exemple, l’intuition… autre thématique déjà traitée séparément sur Planète Zèbres… la sensibilité, aussi, la pensée globale et systémique… mais aussi, donc, l’émotion qui, lorsque comprise et maîtrisée, et utilisée à bon escient, peut constituer une force assez incroyable!

Car le problème… pour autant qu’il y en ait un… n’est pas de disposer de trop d’émotions. L’essentiel, d’une part, est de les accueillir et de les comprendre, et d’autre part, de les maîtriser et de les canaliser, pour enfin les exprimer.

Certains spécialistes parlent de “régulation émotionnelle”. Et oui, c’est un terme qui me plaît assez bien… l’idée étant de comprendre et d’avancer, de façon posée, chacune et chacun à son rythme, et chacune et chacun en fonction de ses propres besoins. Et justement, la première phase, c’est d’abord, la compréhension. Parce que les émotions, … ça s’accueille!

Le premier pas est de toujours tenter de prendre un certain recul vis-à-vis de nos émotions. Je ne dis pas qu’il faut les écarter, mais simplement équilibrer, faire une distinction entre le factuel et l’émotionnel. Cette technique, toute simple, offre un sérieux avantage dans la véritable lutte contre les yo-yos émotionnels, ces passages étonnants, et tellement rapides, entre joies intenses et profonds désespoirs. Apprendre à écouter ses émotions, mais surtout, à les laisser nous traverser… L’objectif recherché est alors de ne pas se laisser submerger par ce tsunami qui, par la force des choses, peut nous faire vaciller, mais au contraire, d’utiliser cette puissance pour alimenter les nombreuses voies potentielles pour atteindre à la fois un certain équilibre, mais aussi un profond bien-être.

Que ce soit pour soi-même, mais aussi, pour son entourage, tant personnel que professionnel, il est vraiment important de canaliser ces phénomènes, amplifiés par cette multitude, cette déferlante de sentiments positifs et négatifs, qui s’explique par ces nombreuses zones stimulées en même temps dans notre/votre cerveau. Un simple élément extérieur va stimuler chez vous/nous plusieurs zones émotionnelles, qui décuplent le phénomène. Plutôt que de vous laisser emporter par des sentiments extrêmes, par des réactions opposées, qui généralement vous entraîneront vers le bas, prenez donc conscience qu’il s’agit là d’une véritable force! Cette force a un nom, d’ailleurs : cela s’appelle l’ “intelligence émotionnelle”, que j’apprécie beaucoup…

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle? On peut la définir comme étant une sorte de capacité à percevoir, à maîtriser, à comprendre ses propres émotions, mais aussi celles des autres, à les réguler, et à utiliser cet ensemble, non seulement pour construire un équilibre global, mais aussi, parfois, pour atteindre un certain objectif.

Certains, à l’instar de Salovey et Meyer, ou encore, du psychologue américain Daniel Goleman, ont beaucoup travaillé sur le sujet, et ont d’ailleurs “modélisé” la chose. Ce sont des travaux intéressants, que je vous conseille de parcourir si le sujet vous intéresse. Vous trouverez quelques liens dans l’article de fond traitant de l’émotion, sur Planète Zèbres.

Daniel Goleman a établi cinq composantes à cette fameuse intelligence émotionnelle : la conscience de soi et la capacité à comprendre ses émotions, l’autorégulation ou la maîtrise de soi, la motivation interne, l’empathie, et enfin, les aptitudes sociales, l’ensemble se déclinant en 25 compétences émotionnelles, indépendantes, interdépendantes, et d’ailleurs hiérarchisées.

L’objectif, ici, n’est pas de développer tous ses travaux, mais de mettre en avant, tel que j’apprécie de le faire… et je vous encourage à faire pareil, d’ailleurs… à mettre en avant, donc, les grands avantages liés à ces incroyables capacités. Et ils sont nombreux! Tout ça se retrouve dans l’article “Trucs et astuces” lié à la thématique de l’émotion, sur Planète Zèbres.

Nos émotions nourrissent par exemple notre sensibilité, notre capacité à mieux saisir notre environnement, et surtout, de façon beaucoup plus fine, beaucoup plus précise, plus pointue. Il s’agit alors d’être capable de plus de discernement par rapport aux choses, aux événements, mais aussi des personnes qui nous entourent, ou encore, des membres d’un groupe. C’est une force vraiment incroyable!

Cette capacité que nous avons à passer du tout au tout, par ce canal émotif particulièrement bien affuté, nous offre aussi des capacités incroyables en matière de résilience! On encaisse, on sourit, malgré l’adversité, tout en réfléchissant déjà aux solutions, aux voies de progrès. C’est complètement fantastique!

D’autres chercheurs et psychologues ont aussi mis au point certaines techniques pouvant… soi-disant… mesurer le QE… On parle tellement souvent du QI, le fameux Quotient Intellectuel, mais il y a aussi le QE, pour “Quotient Emotionnel”. Que l’on croie ou non en ces possibilités de mesures et qu’on en ait besoin pour comprendre et/ou avancer, chacune et chacun est libre de croire ce qu’il veut. A mon sens, toutes ces recherches méritent sincèrement le détour, pour, à la fois, se forger sa propre opinion, mais aussi simplement pour y puiser des ressources, pour s’aligner avec soi-même, et avancer sur son propre chemin.

Enfin, et je terminerai par là pour cette vidéo introductive, une fois de plus, pour suivre les conseils de mon ami, Matthieu Lassagne, ici à Paris, soyez vous-même, soyez vrai! Suivant les situations, être simplement vrai, et exprimer, calmement, ce que l’on ressent, c’est vraiment salutaire! Car si, dans le passé, on a toujours privilégié les seules compétences cognitives des individus, désormais, une place prépondérante est donnée au vrai, à l’humain, à ce qu’il ressent, dans un but d’épanouissement.

Et que dire du futur! Car si l’on place l’intelligence artificielle en face de l’intelligence émotionnelle, cette dernière a encore de beaux jours devant elle! Parce qu’une machine n’est pas capable de ressentir des émotions, du moins, pas encore! Le jour où ça sera le cas, je pense que notre monde sera foncièrement différent. Mais d’ici là, l’intelligence émotionnelle des humains que nous sommes a encore un bel avenir devant elle! Et, depuis quelques temps, d’une façon de plus en plus affirmée et reconnue, d’ailleurs…

Donc, celles et ceux d’entre vous, d’entre nous, qui en sont pourvus, … JUST GO ! Et plutôt que de laisser le surdon augmenter ce phénomène, qui pousse alors vers une maîtrise excessive et cachée des émotions, une suradaptation permanente, qui mène alors systématiquement vers le fameux faux-self, ou encore, vers cette attitude de caméléon, ô combien néfaste sur le long terme, il convient une fois de plus d’accueillir ses propres émotions, et d’en faire un véritable moteur pour construire son chemin, sa vie, qui, dès lors, aura sans doute plus de sens… si nécessaire. N’est-ce pas là une source de réel bonheur, de grande satisfaction… L’émotion sert la créativité, c’est un réel pouvoir!

Comme je le dis souvent à la fin de chaque vidéo : n’hésitez pas à partager, à envoyer, à commenter mes vidéos, mes articles, pour que, dans un esprit de partage et de bienveillance, le plus grand nombre puisse en bénéficier… Et surtout, n’hésitez pas non plus à me faire part de vos avis, de vos propres expériences sur le sujet, toujours dans un but de partage, et de complément d’informations, pour nourrir le débat, et pour le plus grand bonheur de tous! Rendez-vous donc sur Planète Zèbres, pour retrouver tous ces commentaires et tous ces partages.

A tout bientôt!

Retour vers la page ‘Emotion et hypersensibilité’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant un commentaire, vous acceptez notre Politique de Confidentialité, disponible ici.

Vous souhaitez nous contacter ?

Confidentialité

12 + 1 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...