Syndrome de l’imposteur : gagner le combat en 10 astuces

par

Chaque individu fait partie de différents groupes de personnes. S’y sentir “à l’aise” et en confiance est forcément essentiel.

En revanche, lorsque naît intimement la désagréable sensation de ne potentiellement pas y avoir sa place, de nombreux et profonds déséquilibres émotionnels peuvent survenir.

Il importe alors de comprendre ce trouble (lire à ce sujet l’article “Syndrome de l’imposteur : ce véritable ennemi…“), tout comme d’appliquer certains trucs et autres astuces afin de prévenir le phénomène, ou d’apprendre à le gérer.

1. Prendre conscience

Dans le suivi d’une logique constructive, la première étape consiste à prendre conscience du phénomène, de l’identifier et d’en accepter l’existence.

Prise de conscience

2. La confiance en soi

Véritable pilier de la personnalité, la confiance en soi méritera ici d’être travaillée, et surtout renforcée.

Objectif principal : s’en servir de façon proactive comme un véritable outil pour contrer les premiers signes de sentiment d’imposture, et ce, dès leur apparition.

3. Valoriser ses propres capacités

Juste valeur

De manière générale, il importe de prendre objectivement conscience de ses propres capacités, de les admettre, et de les faire simplement et modestement valoir aux yeux des autres.

Cette prise de position, naturelle et légitime, permettra d’être potentiellement reconnu(e) à sa juste valeur.

4. Forces et faiblesses

+

Avec l’aide de proches, établir une liste objective de ses forces comme de ses faiblesses.

S’appuyer ensuite sur cette liste pour reconnaître la qualité effective de certaines réalisations, tout comme pour accepter celles qui auraient peut-être mérité d’être effectivement quelque peu améliorées.

5. Justifications : halte-là !

Laisser l’évidence faire son chemin et arrêter de sans cesse se justifier…

6. Les comparaisons

Comparer ses propres actions et autres réalisations avec celles d’autrui n’apporte que doutes et instabilité.

A l’inverse, se satisfaire de ce que l’on est parvenu à délivrer seul, en adéquation avec ses propres valeurs, renforce la position prise, et donc sereinement assumée.

Comparaison

7. “Félicitations !”

De sincères, globales, voire unanimes félicitations sont exprimées ? Les accepter, modestement, en les accompagnant de non moins sincères remerciements, semble être la voie la plus sage et la plus logique à suivre…

8. L’impossible unanimité…

Plaire à tout le monde est irréalisable. L’approbation générale n’est en effet ni évidente (et encore moins nécessaire).

9. Partager

Tout comme pour son émotion et son hypersensibilité, le fait de partager ses impressions et d’expliquer son sentiment d’imposture
Partager

peut être rassurant, voire porteur.

Seul impératif : ne s’adresser qu’à des proches ou à des personnes de confiance.

10. Support extérieur

De nombreuses voies de solution existent pour contrer les effets, parfois pesants, liés au syndrome de l’imposteur.

Celles-ci peuvent être empruntées avec l’assistance d’un proche aguerri aux techniques psychologiques adéquates, avec l’aide d’un thérapeute ou même, plus simplement, en s’entourant d’un coach de vie.

Retour vers la page ‘Syndrome de l’imposteur’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant un commentaire, vous acceptez notre Politique de Confidentialité, disponible ici.

Vous souhaitez nous contacter ?

Confidentialité

5 + 5 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...