Gestion efficace du perfectionnisme : 15 trucs et astuces

par

Le perfectionnsime : force ou faiblesse, avantage ou inconvénient ?

Ne serait-ce pas là – une fois de plus – une “simple” question de dosage, de juste équilibre ? Ou encore, de compréhension du phénomène, en vue d’une meilleure maîtrise, dont par l’applications de quelques techniques dites “de base” ?

Equilibre

Petit aperçu, non-exhaustif, de ce qui est possible d’entreprendre, sans trop d’efforts (mais avec une certaine dose de volonté…) afin de mieux gérer son perfectionnisme :

1. Evaluer le niveau d’exigence

… effectivement nécessaire ou fixé (par soi ou par d’autres).

Et conserver à l’esprit que 10% de baisse implique, à l’inverse, autant de valorisation et d’estime de soi !

2. Travailler l’autocompassion plutôt que l’autocritique

“Ce que j’ai réalisé est non-seulement bien/beau/bon, mais de surcroît, largement suffisant !

C’est normal : j’y ai mis suffisamment de volonté, et d’énergie.”

3. Faire le deuil de la perfection

Objectif : s’en libérer !

Définition : “Faire son deuil de quelque chose consiste à se résigner à en être privé”.

La question à se poser est donc : “Ai-je réellement BESOIN de cette perfection ?”. Souvent, la réponse sera négative.

4. Trouver son niveau d’ambition

“Qu’est-ce que je recherche ? Quel(s) but(s) dois-je ou voudrais-je réellement atteindre ?”

5. Accueillir et accepter l’échec

Echouer, c’est apprendre.

En outre, l’échec peut ne pas être global, mais simplement partiel. Il importe alors d’avoir une…

Echouer c'est réussir

6. … vision d’ensemble

L’idée est ici de contrebalancer les réalisations les plus faibles à certains niveaux avec les bons résultats obtenus à d’autres. L’ensemble aura certainement un niveau de qualité plus qu’acceptable.

7. Relativiser

L’essentiel est-il réellement… essentiel ?

A lire

A ce sujet, les lecteurs et lectrices de cet article ont aussi lu

“Le perfectionnisme : un cercle vicieux ou vertueux?”

8. Valeurs vs. exigences (encore !)

S’il est un seul objectif que tout un chacun se devrait de perpétuellement conserver à l’esprit, c’est celui qui consiste à toujours respecter ses propres valeurs.

Dans le cas présent, il s’agit d’établir un parallélisme entre ces valeurs et le niveau d’exigence posé (par soi-même ou par autrui).

En cas de non-respect, il y a fort à parier que celui-ci est inadapté, voire inutile.

9. Conserver à l’esprit le principe de Pareto…

… lequel suggère que 80% des effets sont obtenus grâce à 20% des causes.

A l’opposé, le solde des effets seront atteints ou fournissant de considérables efforts pour apporter d’autres causes.

Conclusion : retour deux points plus haut (relativiser !).

10. Communiquer

…votre besoin de perfectionnisme.

Objectif : mieux le/se faire accepter par votre entourage (personnel ou professionnel).

Discussion

11. Exigences (et encore !!)

Deux impératifs :

  • se satisfaire de ses propres exigences
  • se défaire des exigences des autres

12. Valoriser

… secrètement ses propres réalisations (même si imparfaites !).

Et se congratuler !

13. Importance ?

Valoriser ce qui est fait et dévaloriser ce qui n’est pas fait.

Le vase communicant est salutaire !

14. Rester réaliste

Se baser sur des faits, pas des suppositions (“je devrais”, “je crois que”, “il me semble que”, …)

15. Cultiver le (fameux !) lâcher prise

On s'en fout

… tout simplement wink

Retour vers la page ‘Excès et perfectionnisme’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez nous contacter ?

9 + 9 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...