Méditation : retranscription de la vidéo d’introduction

par

Pour visionner la vidéo sur YouTube, via un nouvel onglet, cliquez ici

Bonjour à toutes, bonjour à tous, c’est Manu Liard.

Je suis ravi de vous retrouver pour cette vidéo d’introduction à un thème un petit peu particulier pour moi, je dois bien l’admettre.

Pourquoi donc? Tout simplement parce que, si j’en ai déjà beaucoup parlé autour de moi, ou si plus précisément, plus correctement, j’en ai déjà beaucoup entendu parler, parce que je m’y intéresse, et que je vais donc à la pêche aux informations, tant que je peux, je dois bien vous avouer que c’est un sujet que je ne maîtrise pas encore très bien!

Alors là, je sens et j’entends déjà que certains d’entre vous se disent : “Ben qu’est-ce qu’il nous fait là, Manu? Moi, je regarde cette vidéo pour apprendre un certain nombre de choses, et voilà que, d’emblée, il nous dit qu’il n’y connaît rien!”

Alors… halte là! Même si c’est à peu près correct, ça ne veut pas dire pour autant que, si je ne maîtrise pas encore bien la chose, le sujet ne peut pas être débattu entre nous… D’ailleurs, dire que je ne maîtrise pas n’est pas tout à fait exact. Je dirais même plutôt que je connais, mais que je ne pratique pas… du moins, pas encore.

Donc, ce sujet, vous le savez déjà, puisqu’il est indiqué dans le titre de cette vidéo, c’est la méditation.

Pourquoi voulais-je vous en parler, de cette fameuse méditation? Tout simplement parce qu’il semblerait que, dans l’absolu, la méditation est un excellent outil pour les HP que nous sommes. Et, dans l’absolu aussi, je veux bien le croire.

La simple “réserve” apparente que vous sentez chez moi s’explique par un élément totalement et complètement subjectif, et purement personnel, d’ailleurs. Ça provient simplement du fait que, personnellement, je n’y ai donc pas encore eu recours. Ou, à tout le moins, pas dans sa forme la plus “pure”, si on peut dire, la plus porteuse, la plus performante.

Vous la savez, du moins pour celles et ceux qui me connaissent déjà un petit peu, je n’ai pas vraiment pour habitude de parler de moi, sauf, assez souvent d’ailleurs, pour illustrer mes propos par des exemples de vie personnels. Si, malgré tout, j’insiste un petit peu ici, c’est parce qu’il semblerait que, d’après les nombreux échanges que j’ai déjà eus sur le sujet, je ne sois pas vraiment le seul HP à me sentir quelque peu en “difficulté” avec la chose…

Bon… il ne s’agit pas réellement de difficultés, mais je dois bien l’avouer que, méditer, pour moi… à mon sens…, et c’est peut-être aussi le cas pour vous, méditer s’assimile à faire un petit peu le vide, là-haut. Et ça, ça ne m’est pas vraiment chose facile!

Mais cela dit, à ma charge, j’ai appris dernièrement qu’il ne s’agissait pas exclusivement de ça, de vide. Et même, que du contraire. Et donc, comme je suis… du moins j’essaie… le plus souvent orienté “solutions”, je voulais partager avec vous ces quelques pistes, ces quelques voies, en vue de, malgré tout, s’apaiser quelque peu l’esprit, parfois.

Il en est un qui a bien posé les bases de la méditation sur notre civilisation actuelle, depuis assez longtemps, et que nombreux suivent, d’ailleurs, depuis longtemps aussi. Je veux parler d’un certain Siddhārtha Gautama, plus connu sous le nom de Bouddha…. qu’on peut découvrir ici dans l’une de ses plus belles représentations, que j’apprécie beaucoup, je dois dire, le fameux Bouddha couché… à Wat Pho… 45 mètres de long… jusqu’à 15 mètres de haut au niveau de la tête… entièrement recouvert de feuilles d’or… magnifique…

Wat Pho étant un superbe temple, d’à peu près 8 hectares, qui se trouve juste à côté du non moins superbe, d’ailleurs, Palais Royal de Bangkok, en Thaïlande, donc…

Issu d’une famille assez aisée, en Inde, le jeune Siddhārtha a soudainement choisi de quitter le confort que lui offrait sa vie, au grand désespoir de ses proches, d’ailleurs.

Pourquoi a-t-il fait ça? Parce qu’il estimait qu’il ne parvenait pas, dans sa vie, dans la vie qu’il menait, à trouver les fondements de son existence. Et il s’agissait là pour lui de quelque chose de vraiment essentiel à ses yeux.

Il s’est donc retiré, il a beaucoup voyagé, et a beaucoup réfléchi, aussi. Quoique, justement, il a plutôt tenté de faire le vide, jusqu’à ce qu’il trouve une certaine paix intérieure.

Cette histoire… l’histoire de Bouddha, c’est bien entendu volontairement ici que je vous la résume en à peine quelques mots. Mais il est évident qu’on ne peut tout simplement pas parler de méditation sans évoquer Bouddha, bien sûr…

Mais ce qui est intéressant, dans son histoire, parmi tant d’autres choses, c’est que Bouddha a réellement pris conscience d’une situation qui, quelque part, ne le satisfaisait pas. Et surtout, qu’il a agi en conséquence, en s’autorisant à se poser, à réfléchir, pour finalement trouver des voies de solutions.

Quand on parle aujourd’hui de méditation, il ne s’agit pas forcément de tenter de faire ce fameux vide, au niveau de l’esprit, même si, pour ceux qui y parviennent, c’est forcément positif…

Ne rien faire… ne penser à rien… le repos, qu’on ne s’autorise décidément plus assez, de nos jours, alors que c’est essentiel, dont pour être beaucoup plus performant, d’ailleurs. C’est connu et reconnu.

Non, la méditation, ça peut être simplement, s’arrêter, et penser, précisément, à ce qui nous arrive, à la situation dans laquelle on se trouve…

Pourquoi ceci m’arrive-t-il? C’est la question qu’il faut se poser. Dans quelle position est-ce que je me trouve, actuellement? Qu’est-ce que l’instant m’offre, l’instant présent m’offre, comme options, comme possibilités? Que suis-je capable, à l’instant T, d’affronter, de livrer, de construire? Toutes des questions qu’il faut se poser…

Ça peut paraître élémentaire, mais… en y regardant de plus près, ça ne l’est pas forcément. Parce qu’aujourd’hui, la plupart du temps, que faisons-nous? On fonce, tête baissée, vers le futur! On regarde devant, sans se préoccuper du présent. Le passé, c’est fait. Ça s’appelle désormais l’expérience. Mais le futur, il n’est pas encore là. Et c’est bel et bien à partir du présent qu’on le construit. D’où l’importance, essentielle, de se poser, régulièrement, pour… méditer.

De nombreuses études ont été réalisées quant à l’utilisation que nous faisons de certains circuits neuronaux, dans tel ou tel cas de figure, dont lorsque nous prenons le temps de ne pas agir sous stress, ou sous pression, et que nous privilégions la réflexion. Ces thérapies comportementales et cognitives, qui aident à prendre plus de recul, et à être plus critique face à certains contenus émotionnels importants, ont largement démontré que ces techniques dites de “pleine conscience”, ou “mindfullness”, qui consistent en de petits exercices réguliers de maintien de l’attention dans l’instant présent, menaient à une bien meilleure stabilité, à une créativité, aussi, beaucoup plus développée, ou encore, à un évident bien-être.

On rejoint ici quelque part la notion d’émotion. Car l’entraînement à ce genre de techniques de méditation est une composante assez importante de la notion de bien-être subjectif. Sans rentrer dans les détails, il s’agit de ressentir fréquemment des émotions positives pour améliorer son existence, et la mener vers davantage de stabilité. Et en ce sens, la méditation aide beaucoup.

Bien-sûr, il n’existe pas une seule technique, une seule voie unique pour atteindre ce fameux “graal”. Pour ma part, je me suis déjà intéressé à une méthode d’origine japonaise, que vous connaissez peut-être : il s’agit de l’Ikigaï. Très intéressant pour poser l’existant, le vrai, le réel… et trouver sa voie. Je ne vais pas vous détailler ça ici, aujourd’hui, ce n’est pas vraiment le sujet, mais renseignez-vous, ça en vaut vraiment la peine.

Quoi qu’il en soit, et peu importe la méthode, la technique utilisée, l’essentiel est, une fois de plus… je dis une fois de plus parce que celles et ceux qui me connaissant déjà savent très bien que c’est un élément sur lequel j’appuie, assez souvent, tant il me semble être vraiment capital… l’essentiel, donc, est de se placer dans une situation d’acceptation de soi. L’un des principes de base du bouddhisme, d’ailleurs!

Donc voilà, où j’en suis, d’une part, mais surtout, et c’est bien là le plus important, me semble-t-il : le débat est lancé!

Et peut-être encore davantage aujourd’hui, il me semble assez essentiel que vous soyez le plus nombreux à partager votre propre expérience à ce niveau. Qu’est-ce que vous pensez de la méditation? Est-ce que vous la pratiquez? Et si oui, sous quelle forme? Qu’est-ce que ça vous apporte, aussi? Qu’est-ce qu’elle vous apporte? Grâce à elle, est-ce que vous avez réussi à identifier des voies de progrès dans votre façon de vivre, dans votre sérénité,… votre paix intérieure?

Je lirai vos commentaires avec réel intérêt pour, très certainement, développer encore davantage ce sujet à l’avenir avec vous, et pour vous, pour nous tous.

Au plaisir de vous lire!

Et belle journée à toutes et tous!

Je retourne admirer ce splendide Bouddha…

A plus tard!

Retour vers la page ‘Méditation’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez nous contacter ?

7 + 1 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...