Excès, perfectionnisme et insatisfaction : témoignages

Perfection stagnation

Rien n’est jamais parfait. En outre, la perpétuelle recherche de cette perfection peut d’ailleurs être excessive, et en devenir contraignante.

Au-delà de l’article Le perfectionnisme : un cercle vicieux ou verteueux?“) et dans la continuité d’une vidéo d’introduction sur le sujet (disponible ici), ainsi que d’un relevé de 15 trucs et astuces destinés à rendre sa gestion quotidienne efficace, il est question ici de prendre connaissance de témoignages de personnes ayant souhaité s’exprimer sur ce sujet, parfois délicat.

1. Ludivine : ces “trop”… des torts ou des forces?

“Je voulais vous partager une prise de conscience que j’ai eue il y a quelques années (quand j’ai su que je faisais partie des animaux à rayures) et qui m’a permise de me libérer…

En fait, je me suis rendue compte que tout ce que je pensais être des torts chez moi, vous savez tous ces “trop….”, étaient finalement mes forces, ce qui me caractérise !!

Ben oui, car si je les ai imaginés comme des torts, c’est tout simplement parce que, depuis toute petite, j’ai entendu autour de moi “tu es trop…”. Sauf, que toutes ces personnes ne fonctionnaient pas comme moi, ce n’était pas des torts, mais juste mes spécificités, ma façon d’être !!!

Du style : trop curieuse, trop perfectionniste, trop sensible, trop cash, trop “jean qui rit, jean qui pleure”, trop rêveuse, trop changeante, trop instable, trop rebelle, trop…… et j’en passe !!

Alors, j’ai choisi de les voir comme des forces, des ressources sur lesquelles je peux m’appuyer pour être qui je suis, et vivre ma vie librement. Tout simplement changer toutes ces croyances.”

2. Nathanaël : le “jusqu’au boutisme” qui fatigue…

“Le zèbre est-il un être intransigeant et très exigeant vis à vis des autres et de lui-même ? Pourrait-on même dire perfectionniste et jusqu’au boutiste parfois ?

J’ai moi-même une telle exigence vis-à-vis de moi-même, que cela génére souvent une insatisfaction et donc une baisse d’estime de moi lorsque je ne fais pas aussi bien que je l’aurais voulu.

La procrastination est souvent la réponse à la peur de faire et donc de mal faire….

Et cette exigence d’avoir des amis parfaits qui donnent autant qu’ils reçoivent de moi, fait que parfois je fais le vide par une certaine impulsivité…

Je suis onychophage et je fais du bruxisme la nuit. Une rectocolite hémorragique depuis 2011.
Puis-je mettre tout cela en lien avec ce perfectionnisme… ? Et l’angoisse et la pression enorme que cela génére… Moi, je sais intérieurement que cette pression permanente a eu des répercussions sur la santé.

Être en retard de deux minutes génère en moi du stress… . Être dans cette hypothètique maîtrise de tout me fatigue…

J’aimerais tant pouvoir enfin lâcher prise…. et ne plus me prendre la tête..”

Retour vers la page ‘Excès et perfectionnisme’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez nous contacter ?

9 + 2 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...