15 astuces pour éviter de procrastiner

par

Procrastiner peut parfois s’avérer contraignant.

Au-delà d’une analyse de fond, principalement quant aux causes et origines de ce phénomène (lire à ce sujet l’article “Procrastination : un art à part entière“), il est question ici de lister quelques trucs et astuces qu’il convient de conserver à l’esprit… et pourquoi pas, d’appliquer aussi souvent que possible !

A voir

A ce sujet, les lectrices et lecteurs de cet article ont aussi visionné la vidéo d’introduction à cette thématique.

1. Première étape numéro 1 : reconnaître…

… que l’on a effectivement tendance à procrastiner !

Conscient de ses propres forces, tout individu aura à priori tendance à performer dans ses réalisations connexes. A l’inverse, les ignorer lui permettra difficilement de s’épanouir…

Quant aux faiblesses, le processus est à peu près identique : en prendre conscience, et les accepter, constitue déjà le premier pas pour progresser.

2. Deuxième étape numéro 1 : reconnaître…

… lorsque l’on procrastine !

Admettre que l’on est généralement sujet à la chose… est une chose ; concéder que tel est le cas au moment présent en est une autre !

Cette seconde phase sera pourtant salutaire pour prendre conscience de la situation, passer le cap, et revenir ainsi plus facilement à l’action.

3. Renforcer sa confiance en soi

Douter, dont de soi, renforce l’immobilisme.

Il importe donc de consolider sa confiance en soi, en vue de se rassurer sur ses propres capacités. 

Consulter à ce sujet la page “Estime et confiance en soi

Confiance en soi

4. Quels objectifs?

Identifier clairement les objectifs que l’on souhaite atteindre permet de disposer d’une vision claire de la situation, et du chemin à parcourir.

Il s’agira alors de baliser aussi précisément que possible tant la quantité que la qualité de ce qui est requis ou envisagé (sans pour autant céder au perfectionnisme).

5. Délai

Après le ‘quoi’, vient le ‘quand’.

Se fixer un délai est rassurant et constructif. Celui-ci se doit d’être raisonnable et réaliste, tout en étant accompagné de la sincère volonté de s’y tenir !

6. Planning

Quantité, qualité et délai fixés, il importe aussi d’établir un planning des actions à entreprendre.

Afin de s’offrir toutes les chances de pouvoir le respecter, celui-ci devra être ni trop tendu, ni trop lâche. Dans le premier cas, un certain découragement risque de survenir. Dans le second, le manque de rythme peut compromettre la dynamique, ce qui pousse indéniablement à… procrastiner !

7. Travailler sa motivation

Rien ne tombe tout seul du ciel (sauf la pluie). Pour obtenir quelque chose, il convient d’agir, et donc de le vouloir.

Visualiser ce que l’on obtiendra en conséquence est source de motivation : « Qu’obtiendrai-je si je le fais ? ».

Carotte

8. Relation avec l’erreur

La crainte de l’erreur, voire même de l’échec, est un frein psychologique majeur dans l’accomplissement de soi.

L’apprivoiser et l’accepter offre de vastes possibilités, parfois même constructives.

9. Coaching d’un tiers

“Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin.”

(proverbe africain)

Il peut bien entendu être opportun, voire nécessaire, d’avancer vite. Aller loin est toutefois aussi une belle option !

Et dans ce but, tacite ou volontaire, pourquoi ne pas s’adjoindre les ‘services’ d’un tiers ? Par une autre vision – peut-être complémentaire –, ce proche peut en effet aider à valider tant le projet en lui-même, que le chemin à parcourir pour le mener à bien. Mieux encore : l’accompagner tout au long de sa réalisation !

10. Segmenter la tâche

1 x 10 = 10 x 1

Certains projets sont modestes… d’autres plus conséquents. Et l’ampleur d’une tâche s’avère parfois décourageante.

La solution ? Segmenter le projet global en différentes missions, rendues alors plus accessibles.

11. Priorité…

… aux tâches les plus ennuyeuses !

L’effet recherché est double :

  • étouffer la démotivation : la vision d’un avenir peu reluisant n’appelle pas franchement à l’action…
  • booster sa motivation : si seul le plaisant reste à faire, la dynamique est puissante !

12. Trop facile!

La tâche à réaliser est ennuyeuse ? Peut-être est-elle simplement… trop simple !

Coup de poker à tenter : la complexifier, la rendre plus intéressante, peut-être en lui rajoutant quelques options, ou d’autres développements additionnels et complémentaires.

Attention, toutefois, au dosage ! L’objectif est de rester dans des limites raisonnables, ou du moins, de ne pas produire l’effet inverse, et de se mettre en difficulté…

13. Transformer le projet en défi

La tâche à réaliser est ennuyeuse ? Peut-être est-elle simplement… trop simple !

Coup de poker à tenter : la complexifier, la rendre plus intéressante, peut-être en lui rajoutant quelques options, ou d’autres développements additionnels et complémentaires.

Attention, toutefois, au dosage ! L’objectif est de rester dans des limites raisonnables, ou du moins, de ne pas produire l’effet inverse, et de se mettre en difficulté…

Défi

14. Quelle finalité?

Le chemin à parcourir pour atteindre l’objectif fixé est peut-être long, voire fastidieux. Malgré tout, l’emprunter est sans doute nécessaire et inéluctable. Pourquoi donc s’attarder à ne penser qu’à cela, et renforcer ainsi son stress ?

A l’opposé de ce raisonnement, il convient de ne conserver à l’esprit qu’une seule et unique notion : la belle finalité recherchée.

15. Congrats!

Le besoin de reconnaissance est essentiel. Et celui-ci ne doit pas forcément provenir d’autrui.

Que ce soit lors de simples étapes

Applaudissements

franchies, et encore davantage à l’aboutissement du projet, il est donc essentiel de prendre le temps de se gratifier, de se congratuler !

Retour vers la page ‘Procrastination’

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez nous contacter ?

12 + 6 =

Quelques articles récents, issus de différentes thématiques...